Le Sens du Beau

Humilité. C’est le mot qui figurait dans le cahier des charges du projet architectural du Louvre-Lens. On sait aujourd’hui que la promesse a été tenue par l’agence japonaise SANAA, tant le Louvre-Lens s’inscrit en douceur dans le paysage, dans le respect de son histoire et de son environnement. Les architectes du musée ont choisi des formes simples, linéaires, horizontales et des matériaux favorisant l’ouverture et la transparence en créant un bâtiment de verre, de métal et de lumière : les parois du musée reflètent le paysage et le prolongent…

Musée du Louvre-Lens de nuit
Musée du Louvre-Lens © Frédéric Iovino

A l’intérieur, dans la Galerie du temps, aucune lumière extérieure pour préserver les œuvres, la luminosité vient de la scénographie et de l’éclairage qui donnent une réelle impression de clarté, de pureté et d’espace. Les œuvres dialoguent entre elles, d’une période à une autre, d’une civilisation à une autre. Vous n’avez jamais été aussi proches d’elles…

Sur la colline de Notre-Dame-de-Lorette, l’Anneau de la Mémoire, mémorial international de la Première Guerre mondiale, est un lieu aussi puissant qu’émouvant et son histoire l’est autant que son architecture : cet anneau de béton est une véritable prouesse architecturale. Son architecte Philippe Prost a souhaité évoquer la fragilité de la paix en plaçant une partie du monument dans le vide, à flanc de colline. A l’intérieur, sur un ruban doré, défilent devant vous le nom des 580 000 soldats, de toutes nationalités, tombés sur le sol du Nord-Pas de Calais entre 1914 et 1918. Unis et égaux dans la mort, ils sont classés par ordre alphabétique.

Anneau de la Mémoire © CRT Hauts-de-France

Au pied de la colline, se détache un cube de béton noir et de verre, le Centre d’histoire du Mémorial’14-18 : Pierre-Louis Faloci s’est inspiré des boites noires des appareils photo pour concevoir ce bâtiment. A l’intérieur, objets d’époque, photos et vidéos racontent la Grande Guerre en images.

Pureté des lignes, matériaux bruts, formes simples… sont autant de points communs entre les grands bâtiments récents de notre territoire : tous sont à l’image des habitants et des moments que l’on peut vivre ici : d’une simplicité apparente mais dont se dégage une puissance émotionnelle forte qui ne laisse personne indifférent.

où dormir ?

A l’hôtel Louvre-Lens ****, un ancien coron où on se sent comme dans un cocon, face au musée du même nom

Au Domaine des Loups, une maison d’hôtes à l’architecture design et au charme bucolique, avec vue sur les moutons dans le jardin…

où manger ?

Dans le parc du Louvre-Lens, à l’Atelier de Marc Meurin

Au Galibot, restaurant de l’hôtel Louvre-Lens

Chez Mets et Histoires, au pied de la colline de Notre-Dame-de-Lorette

Aux Jardins de l’Arcadie, en centre-ville de Lens

Au Relais Bien-être, à Wingles, avec vue sur le lac